L’automne arrive…

Une photo prise ce weekend sur un chemin emprunté anciennement par une voie ferrée près de Campbon.

Il s’agit de l’Allée Verte, la ligne SNCF reliait Chateaubriant à St Nazaire.

DSC_4365

Château de Coislin – Campbon

Je vous fais encore visiter ma commune, voici le splendide chateau de Coislin, vu à l’arrière de la baisse. Je vous ferai prochainement la cour et l’entrée du chateau.

Le château de Coislin (1894). Ce château remplace un ancien château féodal datant du XII-XIIIème siècle et acquis en 1850 par Jean Baptiste La Cour Grandmaison. Il a des parties anciennes, constituées par des douves, des tours d’angle et une antique porte d’entrée. Le château actuel est édifié par son fils. Les meurtrières du château datent du XIV-XVIème siècle. En 1663, le marquisat de Coislin est érigé en duché-pairie par lettres patentes de Louis XIV en faveur d’Armand du Cambout. Le four à pain date du XVIIème siècle. Les écuries et le logement des gardiens datent de 1633. Coislin est un des rares châteaux où fonctionne encore un pont-levis restauré au XIXème siècle. Dès 1681, cette maison seigneuriale se composait d’une « grande cour de trois cents pieds carrés, fermée de murs, flanquée de quatre tours et cernée d’un grand fossé de quarante-six pieds de largeur rempli d’eau vive, avec ses contrescarpes revestues de pierres, ses demi-lunes au-devant vers Midy et aux deux costés vers soleil levant et couchant, ayant des doubles fossez de vingt-quatre pieds au-devant vers Midy une avant-cour et au Septentrion un jardin où est la chapelle dudit chasteau ; le tout cerné de douves et fossez pleins d’eau, avec une grande avenue vers Midy, plantée et pavée, de quarante pieds de largeur et de deux mille pas de longueur, laquelle allée est coupée à trois cents pas du chasteau par une autre allée, aussi plantée et pavée, de pareille longueur allant d’Orient à l’Occident » (Déclaration de Coislin en 1681)  : Référence ici

Un brin d’histoire ? et bien allez jeter un oeil à la page Wiki des Ducs de Coislin

Chateau-Coislin

Format 20×30 – Encre de chine

La chapelle castrale de Bessac (re-construite aux 16è et 17è siècle)

Il s’agit de la chapelle castrale de Bessac (re-construite aux 16è et 17è siècle sur les vestiges d’une ancienne motte féodale).

L’ensemble de cette motte, situé dans un méandre d’un gros ruisseau était inondable grâce sans doute à un système pour freiner l’écoulement de l’eau (barrage). Ce qui est remarquable également, ce sont les vestiges d’un gué très ancien (plus vieux que le moyen-âge ?) constitué de gros palis et de piles de pierres rustiques, qui permettait de rejoindre les deux rives du ruisseau et de traverser le marais à pied sec. Il ne subsiste qu’environ 1/4 de la longueur de ce gué, démoli lors de la construction de la chaussée de la route communale et de son pont, mais aussi lors du remembrement.
Il est à noter que des sépultures (d’hommes en armes ?) ont été découvertes et dispersées lors de la construction de cette chaussée (vers 1920). Un bénitier de la chapelle en calcaire coquillier a été déposé en mairie par l’un des voisins il y a environ 25 ans. Il est conservé dans la salle des mariages et ressemble plus à un sarcophage mérovingien de nouveau-né qu’à un bénitier (longueur environ 40cm). Il a cependant dû être réutilisé dans la chapelle à cette fin.

Merci à Patrice Maillard et à l’ « Association Historique du Pays de Cambon«  pour toutes ces informations historiques.

Chapelle-Bessac

Réalisé à l’encre de chine, format 20x30cm

Plus d’infos sur Campbon et son patrimoine ici.

Le pont de la Flûme

Ce dessin est inspiré d’un croquis de Vincent Mallié que j’ai aperçu sur Facebook. Le sien était mieux c’est certain … (il est l’auteur du « Grand Mort », il a beaucoup de talent)

Je l’ai réalisé rapidement pour essayer mon nouveau porte plume, il s’agit d’un Rotring Calligraphie, ça me réconcilie avec l’encre de chine et je vais en faire d’autres sans tarder.

Si vous ne connaissez pas la Flûme c’est normal, il s’agit d’une petite rivière près de ma petite ville natale, Vezin le Coquet.

Pont-de-la-flume

NB :On dit qu’il y traine un benêt, le benêt de la flûme (seuls les initiés comprendront, désolé …)

Un puits, encore un !

Je passais régulièrement devant ce puits en me disant que ça serait pas mal comme sujet d’aquarelle. C’est à présent chose faite, je l’ai un peu modifié puisqu’il y a une pompe à eau devant qui me gênait. On dira qu’il s’agit du puits de l’époque sans pompe…

Il est situé sur l’avenue des Sports, près de l’Ecomarché.

Je me suis aperçu cette semaine que mon site avait franchi le cap des 5000 visites en un peu plus d’un an, la fréquentation ne fait qu’augmenter, ça ne peut que m’encourager, merci à vous chers visiteurs !

Puits-Campbon